Investir et accompagner une entreprise

Du 23 au 27 novembre se tient la dixième semaine des Business Angels. Une manifestation au cours de laquelle les investisseurs sont tous réunis pour se fédérer et aller à la rencontre des entrepreneurs. Mais qui sont ces business angels ?

Le triptyque des 3 « C » est utilisé pour expliquer ce qu’est un business angel. Benjamin Bréhin, délégué général de France Angels Business, nous l’explique « il y a d’abord la Compétence, les Contacts, mais aussi le Carburant ». Les compétences, car les investisseurs vont apporter aux entrepreneurs les expériences pour éviter les erreurs. Les contacts, qui sont un accélérateur pour créer et développer l’entreprise. Et bien sûr le carburant, l’apport financier qui est versé.

Le business angel accompagne l'entrepreneur. (Crédit : Journal du net - l'économie demain - fotolia)
Le business angel accompagne l’entrepreneur.
(Crédit : Journal du net – l’économie demain – fotolia)

« Ce sont des personnes qui ont envie de décider où placer leur argent » explique Charlotte Levenne, présidente du fond d’investissement Ouest Angels Capital. Elles ont toutes un profil d’entrepreneur ou de cadre dirigeant. Ces business angels sont liés de près ou de très près à la vie entrepreneuriale. Pourtant il existe différents profils car il y a des investisseurs en activité ou en fin d’activité. Et ils n’ont pas tous le même secteur d’activité.

Les Business Angels ont toujours existé. Ils ont émergé en grand nombre au Etats-Unis à partir de 1958. De nombreuses mesures fiscales ont été mises en place pour favoriser leur expansion.

Promouvoir l’innovation

Les business angels se différencient du crowfunding. Dans le financement participatif, l’internaute donne un montant et l’aventure s’arrête là. Le business angel, lui, investit une certaine somme d’argent puis accompagne pendant 5 à 6 ans l’entrepreneur. « Il y a des réunions, auxquelles un référent assiste pour suivre la stratégie des entreprises et apporter leurs conseils » explique Charlotte Levenne. Ce financement permet à un projet innovant d’être créé. Ce sont des projets qui ont une valeur ajoutée, qui vont apporter quelque chose de nouveau. « C’est un pari très risqué, les business angels investissent souvent sur une présentation et sur la motivation d’une équipe » précise le délégué général de France Angels Business.

Création de nouvelles entreprises dites startup (Crédit : marketing-professionnel-fr)
Création de nouvelles entreprises dites startup
(Crédit : marketing-professionnel-fr)

Ce système de subventions fait partie du circuit de création d’une entreprise. « Les entrepreneurs viennent vers nous, mais on manque de financeurs. Il y a plus d’entrepreneurs que d’investisseurs » souligne Benoît Hue président de Val de France Angels.

Un travail d’équipe

Aujourd’hui en France, on estime à environ 7.500 le nombre de business angels, dont 4.500 seraient regroupés en réseaux. Ils se créent en fonction de différents facteurs : le secteur d’activité professionnelle, la proximité entre les investisseurs et les entrepreneurs et les relations entres anciens élèves des grandes écoles. Ces trois types des réseaux font des investissements directs.

Ils choisissent dans quelles entreprises ils veulent verser un don pour financer la création du projet. Mais il existe aussi des financements indirects, comme SIBA, une société d’investissement de business angels. « Dans cette hodling, on mutualise l’épargne que différentes personnes veulent investir, et on prend la décision de mettre cet argent dans un projet » explique Benjamin Bréhin. En opposition aux réseaux, il y a les business angels isolés. Ils sont indépendants et non-structurés.

En France, grâce à Business Angels France, 76 réseaux existent sur le territoire. Les investisseurs ont accès à un plus grand choix de dossiers, et surtout à une plus grande diversité en termes de secteur d’activité. Les réseaux, pouvant aller de 30 à 250 personnes, permettent de mettre en commun certaines compétences, « ils mutualisent les risques pris, le financement de chacun et surtout l’accompagnement » insiste le délégué général de France Angels Business.

Des réseaux se créent (Crédit : horizonentrepreneurs.fr)
Des réseaux se créent
(Crédit : horizonentrepreneurs.fr)

Au total, chaque année il y a 40 millions d’euros d’investissement réalisés. Près de 3000 emplois sont maintenus ou créés, et 3000 startups sont accompagnées par des investisseurs. Mais la demande est trop forte pour pourvoir répondre à tous les dossiers. Il faudrait 15000 business angels en France pour satisfaire toutes les demandes. Ils ne sont 7500 à l’heure actuelle.

 

Marie Martel

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s